Dépendance énergétique

En 2018, la dépendance énergétique de la Belgique, calculée comme le rapport entre les importations nettes et la consommation dʹénergie, sʹélevait à 82,7%. Pour atteindre lʹobjectif de développement durable dʹici 2030, ce chiffre doit diminuer.

The chart will appear within this DIV.

Dépendance énergétique - Belgique et comparaison internationale

pourcentage de la consommation d'énergie

 19901995200020052010201320152016201720182018//19902018//2013
Belgique75.180.878.280.178.077.183.975.474.882.70.31.4
UE27----56.357.855.853.956.056.157.558.2--1.5
//: Taux de croissance moyens

Eurostat (2020), Dépendance énergétique [sdg_07_50], https://ec.europa.eu/eurostat (consulté le 13/03/2020).

Définition: la dépendance énergétique est calculée comme le rapport entre les importations nettes d’énergie (les importations moins les exportations) et la consommation d’énergie en Belgique. Cette consommation est la somme de la consommation intérieure brute d’énergie (CIBE, principalement composée de la production d’énergie en Belgique et des importations, moins les exportations) et des soutes maritimes (le carburant fourni aux navires pour leurs trajets internationaux). Les données proviennent d’Eurostat.

Objectif: la dépendance énergétique de la Belgique doit diminuer.

Les objectifs de développement durable ou SDG adoptés par l'ONU en 2015 comprennent l'objectif 7: "Garantir l’accès de tous à des services énergétiques fiables, durables et modernes, à un coût abordable".

La Vision stratégique fédérale à long terme de développement durable inclut l’objectif 20: "La sécurité d’approvisionnement énergétique sera garantie" (Moniteur belge, 08/10/2013).

Évolution: la dépendance énergétique de la Belgique est historiquement élevée: environ 78% en moyenne sur la période 1990-2018. L’indicateur est resté relativement stable sur cette période. En 2015, il atteint un maximum historique (83,9%) avant de baisser pour se retrouver en 2018 à 82,7%. Ce niveau élevé de dépendance énergétique est principalement lié au fait que la Belgique n’extrait pas de combustibles fossiles de son sol. Ces derniers doivent donc être importés tandis que le solde non-importé de la consommation énergétique (soit 17,3% en 2018) est constitué des énergies renouvelables et de l’énergie nucléaire. Dans le cas de l’énergie nucléaire, les matières fissiles importées ne sont pas comptabilisées dans les importations d’énergie mais dans celles des minéraux. La chaleur produite à partir des réactions nucléaires, et qui est utilisée pour produire de l’électricité, est quant à elle comptabilisée comme une production d’énergie en Belgique.

Comparaison internationale: la comparaison de la dépendance énergétique de la Belgique et de celle de l’Union européenne (UE27), montre que cette dernière est nettement moins dépendante des importations d’énergie: 58,2% en 2018. Depuis 2006, et à l’inverse de la Belgique, l’indicateur est resté relativement stable au niveau de l’UE27. Lorsque les États membres sont répartis en trois groupes, la Belgique fait partie du groupe qui a les moins bonnes performances en 2018.

Ventilation selon la Région: ne peut pas être présentée car des données comparables ne sont actuellement pas disponibles.

Indicateur ONU: l’indicateur choisi ne correspond à aucun indicateur de suivi des SDG, mais est relié à l’objectif 7. En effet, la dépendance énergétique est un enjeu important pour les pays qui disposent de peu de ressources énergétiques, comme la Belgique. La réduction de la dépendance énergétique permet entre autres de garantir un approvisionnement énergétique fiable.

Sources