Conclusions sur les tendances et la ventilation des indicateurs

Ce texte provient du rapport 2018 sur les indicateurs complémentaires au PIB.

 

Tendances des indicateurs

Le but de ce rapport est de sélectionner un ensemble d'indicateurs complémentaires au PIB et d'en montrer leur évolution dans le temps, plutôt que d'en faire une analyse approfondie. Une telle analyse est le sujet d'autres travaux, tels que les bilans d'indicateurs qui, avec des méthodologies spécifiques, mesurent le progrès vers les objectifs de développement durable de l'ONU (voir Bilan - Indicateurs de développement durable). Il est néanmoins possible, sur la base des indicateurs rassemblés, de faire quelques premières observations sur l'évolution et la soutenabilité du bien-être et sur le développement de la société.

La plupart des indicateurs de ce rapport (58 sur 63) peuvent être reliés à un objectif défini politiquement, soit au niveau belge, soit au niveau européen ou mondial. Ces objectifs sont mentionnés dans la présentation de chaque indicateur. Certains objectifs sont quantifiés, d'autres sont qualitatifs. Ils n'informent alors que sur la direction dans laquelle l'indicateur devrait évoluer.

L'évaluation faite dans cette section est basée uniquement sur la direction dans laquelle les indicateurs évoluent, soit dans la direction de l'objectif, soit en sens contraire. Cette évaluation doit être interprétée avec prudence, pour plusieurs raisons.

  • Elle ne dit rien sur le rythme d'évolution de ces indicateurs, c'est-à-dire s'ils évoluent lentement ou rapidement vers leur objectif.
  • Elle ne dit rien sur le niveau actuel de l'indicateur, s'il est proche ou éloigné de son objectif.
  • Les objectifs étant définis politiquement, cette analyse ne porte pas non plus sur la pertinence des objectifs par rapport aux connaissances scientifiques.

En outre, pour environ 40 % des indicateurs, peu de données sont disponibles (par exemple certaines enquêtes n'ont lieu que tous les 5 ans, ou certains indicateurs n'ont été développés que récemment). Il est dès lors difficile d'analyser la significativité statistique des tendances observées. L'évaluation faite ici est basée uniquement sur les tendances passées de long et moyen terme, mesurées par les taux de croissance annuels moyens des indicateurs sur l'ensemble de la période (de 1990 à 2016, en fonction de la disponibilité des données) et sur les 5 dernières années d'observations. Ces taux de croissance sont repris dans le tableau des chiffres sur chaque indicateur.

Dans cette section, les évolutions des indicateurs sont analysées selon les dimensions transversales Ici et maintenant, Plus tard et Ailleurs.

Ici et maintenant

Cette dimension regroupe les indicateurs qui permettent de répondre aux questions: comment évolue le bien-être des Belges depuis 1990?; dans quelle direction se développe la société belge depuis 1990? Cette dimension inclut 37 indicateurs, provenant principalement de thèmes sociaux Bien-être subjectif, Niveau de vie et pauvreté, Travail et temps libre, Santé, Éducation et formation en Vie en société. Il faut y ajouter deux indicateurs environnementaux (Exposition aux particules fines et Émissions d'oxydes d'azote), l’indicateur sur les Victimes de catastrophes naturelles, celui sur la Dépendance énergétique et celui sur les Morts sur les routes. Les évolutions favorables sont plus nombreuses que les évolutions défavorables.

Il n'y a pas de tendance systématique qui se dégage pour cette dimension.

Lorsque les indicateurs relevant de cette dimension sont comparés avec les mêmes indicateurs au niveau de l'UE-28 ou, à défaut, avec les trois pays voisins, les comparaisons sont en général favorables à la Belgique. En effet, sur les 23 indicateurs pouvant être comparés, 16 montrent une situation plus favorable en Belgique qu'en Europe.

Plus tard

Cette dimension regroupe les indicateurs qui permettent de répondre aux questions: comment évolue la capacité des Belges et de la société à maintenir, voire à augmenter, le bien-être à l’avenir? Cette dimension inclut 32 indicateurs, surtout des indicateurs provenant des thèmes environnementaux (Environnement, Climat, Énergie, Ressources naturelles, Territoires et écosystèmes) et économiques (Capital économique, Mobilité et transport). Elle inclut également les thèmes Santé (3 indicateurs) et Éducation et formation (2 indicateurs), ainsi que deux indicateurs du thème Vie en société, la Confiance généralisée et les Contacts avec amis et famille, se rapportant au capital social et un indicateur du thème Travail et temps libre, les Jeunes non scolarisés et sans emploi ni formation.

La plupart des indicateurs de cette dimension évoluent en direction de leurs objectifs, sur toute la période, comme sur les 5 dernières années. Les exceptions les plus notables sont les suivantes.

Lorsque les indicateurs relevant de cette dimension sont comparés avec les mêmes indicateurs au niveau de l'UE-28 ou, à défaut, avec les trois pays voisins, les comparaisons faites dans ce rapport ne sont pas favorables à la Belgique. En effet, sur les 23 indicateurs pouvant être comparés, 12 montrent une situation plus favorable en Belgique qu'en Europe. Ces comparaisons favorables sont surtout présentes pour les indicateurs sociaux, tandis que les indicateurs environnementaux montrent des situations moins favorables en Belgique que dans le reste de l'Europe.

Ailleurs

Cette dimension regroupe les indicateurs qui permettent de répondre à la question: comment le développement de la société en Belgique influence la capacité des autres pays à se développer et le bien-être de leur population? Cette dimension inclut cinq indicateurs, quatre provenant des thèmes Ressources naturelles, Climat et Énergie, et un du thème Niveau de vie et pauvreté, portant sur l'Aide publique au développement.

  • Les indicateurs provenant des thèmes Ressources naturelles, Climat et Énergie sont liés à des capitaux environnementaux globaux, comme le système climatique et les ressources de matières premières. Ces indicateurs se rapprochent de leurs objectifs.
  • L'Aide publique au développement a été en moyenne plus élevée dans les années 2000-2010 que dans les années '90. Elle diminue depuis 2011 (en pourcentage du PIB).

Lorsque les indicateurs relevant de cette dimension sont comparés avec les mêmes indicateurs au niveau de l'UE-28 ou, à défaut, avec les trois pays voisins, les comparaisons faites dans ce rapport ne sont pas favorables à la Belgique. En effet, sur les 5 indicateurs pouvant être comparés, un seul montre une situation plus favorable en Belgique qu’en Europe. Il s’agit de l’indicateur de Consommation intérieure de matières.

Remarques conclusives

L'analyse des tendances des indicateurs faite dans ce rapport porte d'une part, sur le niveau des indicateurs en Belgique comparé à leur niveau en Europe et d'autre part, sur l'évolution des indicateurs belges par rapport à des objectifs définis politiquement. Cette analyse pourrait également porter sur le niveau des indicateurs en Belgique par rapport à leur objectif, ou sur une comparaison des évolutions des indicateurs en Belgique et en Europe. Ces deux analyses supplémentaires pourront faire l'objet de publications ultérieures.

Lorsque le niveau des indicateurs présentés dans ce rapport est comparé à la moyenne européenne ou à celles de pays voisins, la comparaison est en général favorable pour les indicateurs sociaux et défavorable pour les indicateurs environnementaux. Par contre, lorsque l'évolution de ces indicateurs est analysée par rapport à leurs objectifs définis politiquement, les indicateurs portant sur des thèmes environnementaux montrent en général des évolutions plus favorables que les indicateurs portant sur des thèmes sociaux.

Deux facteurs expliquent principalement les résultats de la comparaison européenne. D'une part, le système de protection sociale est plus développé en Belgique que dans beaucoup d'autres pays européens. D'autre part, la Belgique est un pays densément peuplé avec un secteur industriel actif et centré sur les activités intermédiaires plus polluantes que la moyenne, comme la chimie; la Belgique est donc un pays où la pression environnementale est plus forte que la moyenne européenne. Ceci explique que la comparaison avec l'Europe soit favorable pour les indicateurs sociaux et défavorable pour les indicateurs environnementaux.

Quant à l'évolution des indicateurs en Belgique par rapport à leurs objectifs, un des facteurs qui expliquent cette évolution est la crise économique et financière depuis 2008. En effet, elle a eu un impact défavorable sur de nombreux indicateurs sociaux, comme le Surendettement des ménages ou les Personnes bénéficiant d'un revenu d'intégration sociale, tandis que le ralentissement économique a entraîné une diminution de certaines pressions environnementales. Une analyse approfondie des raisons expliquant l'évolution des indicateurs en Belgique sort du cadre de ce rapport.

 

Ventilation des indicateurs

Les valeurs et les évolutions d'un même indicateur sont souvent différentes selon les catégories de la population envisagées. De nombreux indicateurs (28 sur 63) sont donc ventilés suivant des catégories pertinentes de la population (voir tableau 2, p. 6 du rapport). Ces ventilations ont principalement été faites selon le sexe, le niveau de revenu, le niveau d'éducation et l'âge. Les conclusions tirées à partir de ces ventilations restent essentiellement les mêmes que dans les précédents rapports.

  • Les ventilations selon le sexe montrent que beaucoup de différences diminuent, même si certains écarts substantiels persistent.
  • Les ventilations selon le niveau de formation montrent que les différences persistent, voire même s'aggravent.
  • Les ventilations selon l'âge montrent que la situation des personnes âgées évolue plus favorablement que celles des jeunes.

En ce qui concerne les ventilations selon le niveau de revenu, elles portent sur des indicateurs appartenant à quatre thèmes: Bien-être subjectif, Niveau de vie et pauvreté, Santé et Vie en société. Ces ventilations montrent une situation plus favorable pour les catégories ayant les revenus les plus élevés.

Dans le thème Bien-être subjectif, l'Évaluation de sa propre existence montre une tendance à l'augmentation avec le revenu. Toutefois, les intervalles de confiance calculés pour cette ventilation sont relativement importants et cette tendance devra être confirmée par d'autres observations. En outre, l'analyse des déterminants du bien-être réalisée par le BFP (Joskin, 2017, voir chapitre 3) montre que, lorsque le revenu et d'autres variables, comme la santé ou l'éducation, sont analysées conjointement, les principaux déterminants du bien-être sont la santé, le fait de pouvoir travailler, d'avoir un diplôme et d'être entouré de proches. L'analyse montre aussi que l'impact direct du revenu sur le bien-être est limité alors qu'être en situation de privation matérielle sévère a un impact important. C'est donc le fait de ne pas avoir un revenu suffisant pour accéder à un niveau de vie considéré comme standard en Belgique qui prime sur le niveau du revenu en tant que tel.

Dans le thème Niveau de vie et pauvreté, trois indicateurs sont ventilés selon le revenu: Risque de pauvreté ou d'exclusion sociale, Très faible intensité de travail et Privation matérielle sévère. De façon prévisible, ces trois indicateurs montrent des valeurs très élevées dans le premier quintile (les 20 % de revenus les plus bas), des valeurs plus faibles (de 3 à 6 fois) dans le second quintile, et des valeurs très faibles ou nulles pour les trois autres quintiles.

Dans le thème Santé, quatre indicateurs sont ventilés selon le revenu: Fumeurs quotidiens, Obésité des adultes, Dépression et Report ou annulation de soins de santé pour raisons financières. Pour ces quatre indicateurs, la santé est corrélée positivement au revenu. Plus le revenu est élevé, plus la part des fumeurs, des obèses et des personnes déprimées est faible, et moins de reports ou d'annulations de soins pour raisons financières sont observés.

Dans le thème Vie en société, la Confiance généralisée, le Sentiment de sécurité dans l’espace public et la Confiance dans les institutions augmentent avec le niveau de revenu. Le Contact avec amis et famille est par contre stable en fonction du revenu. Les ventilations des Victimes de cambriolage ou d'agression montrent une tendance à l'augmentation avec le niveau de revenu, sans que cette tendance soit nette.

 

Pistes pour les travaux futurs

Cet ensemble d'indicateurs complémentaires au PIB continuera à être mis à jour chaque année et évoluera en fonction de l'état des connaissances et des débats sociétaux. Cet ensemble d'indicateurs fournit des données qui peuvent servir de base à un travail d'analyse plus approfondi que celui esquissé dans ce chapitre. D'autres travaux pourront à l'avenir exploiter cette banque de données, disponible sur www.indicators.be.

Dans les années qui viennent, le BFP poursuivra ses travaux sur les indicateurs complémentaires au PIB, entre autres dans les domaines suivants:

  • approfondir les recherches sur les indicateurs composites (voir chapitre 3);
  • développer de nouveaux indicateurs pour compléter cet ensemble, en particulier l'indicateur d'empreinte carbone présenté au chapitre 2;
  • poursuivre dans la convergence entre cet ensemble d'indicateurs complémentaires au PIB et les indicateurs de développement durable, en particulier dans le contexte du suivi des Objectifs de développement durable de l’ONU (SDG pour Sustainable Development Goals en anglais).