Exposition aux particules fines

En 2014, la concentration moyenne de particules fines (PM2,5) pondérée par la population en Belgique était de 14,2 microgrammes par mètre cube. Pour atteindre lʹobjectif de développement durable dʹici 2030, ce chiffre doit atteindre 10 microgrammes par mètre cube. En extrapolant la tendance observée depuis 2000, cet objectif nʹest pas atteint. Lʹexposition aux particules fines évolue donc de façon défavorable.

The chart will appear within this DIV.
The chart will appear within this DIV.

ÉVALUATION DE LA TENDANCE: Exposition aux particules fines - Belgique

microgrammes PM2,5 par mètre cube, moyenne pondérée par la population

 20002005201020142015202020252030
observations14.515.017.714.2--------
tendance et extrapolation14.216.417.416.416.115.114.614.3
objectif 203010.010.010.010.010.010.010.010.0

Eurostat (2017), Exposition de la population urbaine à la pollution de l'air par les particules fines [tsdph370], http://ec.europa.eu/eurostat (consulté le 26/10/2017); calculs BFP.

Exposition aux particules fines

microgrammes PM2,5 par mètre cube, moyenne pondérée par la population

 20002005201020112012201320142014//20002014//2009
Belgique14.515.017.717.716.116.814.2-0.1-5.6
UE-2814.415.518.018.416.815.915.20.4-2.7
//: taux de croissance moyens

Eurostat (2017), Exposition de la population urbaine à la pollution de l'air par les particules fines [tsdph370], http://ec.europa.eu/eurostat (consulté le 26/10/2017).

Ce texte provient du Rapport fédéral sur le développement durable 2017.

Définition: cet indicateur montre la concentration de particules en suspension à laquelle la population urbaine est exposée. Pour calculer cet indicateur, les concentrations mesurées sont pondérées en fonction de la population. Les particules fines considérées sont celles d’un diamètre inférieur à 2,5 micromètres (PM2,5). Les données utilisées ici proviennent d'Eurostat (2017i).

Cible: l’Organisation mondiale de la santé (OMS), dans ses Lignes directrices OMS relatives à la qualité de l’air – mise à jour mondiale 2005 propose un niveau maximum de 10μg/m³ pour les moyennes annuelles de concentration de PM2,5. Cette valeur est utilisée comme cible dans ce Rapport.

Sous-objectif: 11.6 D’ici à 2030, réduire l’impact environnemental négatif des villes par habitant, y compris en accordant une attention particulière à la qualité de l’air et à la gestion, notamment municipale, des déchets.

I-SDG: 11.6.2 Niveau moyen annuel de particules fines (PM2,5 et PM10, par exemple) dans les villes, pondéré en fonction du nombre d’habitants.