Émissions d’oxydes d’azote

  •  08/02/2018

En 2015, les émissions dʹoxydes dʹazote sʹélevaient à 197,2 millier de tonnes de dioxydes dʹazote en Belgique. Pour atteindre lʹobjectif de développement durable dʹici 2030, ce chiffre doit diminuer.

The chart will appear within this DIV.

Émissions d'oxydes d'azote

kt NO2

 1990200020052010201120122013201420152015//19902015//2010
Belgique411.8345.2318.7246.3228.7214.9207.1200.3197.2-2.9-4.3
UE-2817,643.713,066.111,985.99,377.49,023.68,669.48,280.97,913.27,750.8-3.2-3.7
//: taux de croissance moyens

EEA (2017), Air pollutant emissions data viewer (LRTAP Convention), https://www.eea.europa.eu/data-and-maps/dashboards/air-pollutant-emissions-data-viewer (consulté le 27/10/2017).

Ce texte provient du rapport Indicateurs complémentaires au PIB de février 2018.

Définition: les émissions d’oxyde d’azote (NOx) mesurent le total des émissions de NOx sur le territoire belge, exprimé en kilotonnes de dioxyde d'azote (kt NO2). Les NOx sont principalement émis lors de l’utilisation de combustibles fossiles dans les moteurs et les chaudières. Les données sont rassemblées par la Cellule interrégionale de l’environnement et disponibles sur le site de l’Agence européenne de l’environnement (EEA, 2017). Pour pouvoir comparer les évolutions en Belgique et dans l’UE 28, les données ont été transformée en indices (base 1990 = 100) dans le graphique ci-dessus.

Évolution: entre 1990 et 2015, les émissions d'oxydes d'azote ont diminué de 52 %. L’une des sources principales de cette pollution est le transport routier. La baisse des émissions est le résultat de l’amélioration rapide des normes d’émissions par kilomètre pour les véhicules, avec l’introduction successive des normes de pollution Euro 1 (1993) à Euro 6 (2014). Cette amélioration est toutefois tempérée par trois facteurs. Le premier est le rythme de remplacement des anciens véhicules: comme ces normes de pollution ne s’appliquent qu’aux véhicules neufs; les progrès sont lents car les véhicules anciens ne sont remplacés que graduellement. Le deuxième facteur est l’augmentation du trafic routier qui compense en partie la réduction des émissions par kilomètre due aux normes de pollution plus strictes appliquées aux véhicules. Le troisième facteur est la diéselisation du parc automobile, car les véhicules diesel émettent plus de NOx que les véhicules à essence.

Entre 1990 et 2015, la diminution des émissions d'oxydes d'azote en Belgique (-52 %) a été un peu plus faible que celle observée dans l’UE 28 (-57 %). Lorsque les États membres sont répartis en trois groupes, la Belgique fait partie du groupe qui a des performances moyennes et fait moins bien que la moyenne européenne en 2015.

Objectif: la Vision stratégique fédérale à long terme de développement durable inclut l’objectif suivant: "Les émissions de polluants, tels que oxydes d’azote, (…) seront considérablement réduites et la pollution de l'air (intérieur et extérieur), de l'eau et des sols n'aura plus d'incidence significative, directe ou indirecte, ni sur la santé ni sur l'environnement" (objectif 35). Pour aller dans la direction de l’objectif, les émissions d’oxydes d’azote doivent diminuer.