Émissions de gaz à effet de serre

  •  08/02/2018

En 2015, les émissions de gaz à effet de serre sʹélevaient à 115,5 millions de tonnes de CO2 équivalent en Belgique. Pour atteindre lʹobjectif de développement durable dʹici 2030, ce chiffre doit diminuer.

The chart will appear within this DIV.

Émissions de gaz à effet de serre

millions de tonnes CO2 équivalent

 1990200020052010201120122013201420152015//19902015//2010
Belgique143.5147.3141.6130.5120.1117.2117.4112.2115.5-0.9-2.4
UE-285,410.94,851.44,894.74,455.04,310.44,246.14,143.63,975.44,003.1-1.2-2.1
//: taux de croissance moyens

Commission nationale Climat (2017), Inventaires nationaux de gaz à effet de serre, http://cdr.eionet.europa.eu/be/eu/mmr/art07_inventory/ghg_inventory/ et EEA (2017), Greenhouse gases viewer, http://www.eea.europa.eu/data-and-maps/data/data-viewers/greenhouse-gases-viewer (consultés le 27/10/2017).

Ce texte provient du rapport Indicateurs complémentaires au PIB de février 2018.

Définition: les émissions nettes de gaz à effet de serre (GES) mesurent les émissions totales nettes réalisées sur le territoire belge. Les GES considérés sont ceux couverts par le Protocole de Kyoto [UNFCCC (1997), Protocole de Kyoto, United Nations Framework Convention on Climate Change, www.unfccc.int]: le dioxyde de carbone (CO2), le protoxyde d’azote (N2O), le méthane (CH4) et des gaz fluorés (HFC, PFC, SF6, NF3) non couverts par le Protocole de Montréal [PNUE (1987), Protocole de Montréal, PNUE, http://ozone.unep.org]. Les émissions sont nettes, c’est-à-dire qu’elles incluent les émissions et absorptions liées au secteur UTCATF (Utilisation des terres, Changement d'affectation des terres et Foresterie), comme l’absorption de CO2 par les forêts. L'indicateur est exprimé en mégatonnes de CO2 équivalent (Mt CO2 éq.). Pour pouvoir comparer les évolutions en Belgique et dans l’UE 28, les données ont été transformée en indices (base 1990 = 100) dans le graphique ci-dessus. Les données proviennent des inventaires nationaux d’émissions de GES (Commission nationale climat, 2017) pour la Belgique et de l’Agence Européenne de l’environnement (EEA, 2016) pour les autres pays européens.

Évolution: au début des années '90, les émissions belges de GES étaient en augmentation. Le maximum fut atteint en 1996, année au cours de laquelle l’hiver rigoureux a particulièrement stimulé l'utilisation du chauffage des bâtiments, ce qui s’est traduit par des émissions accrues de GES. Les émissions se sont ensuite maintenues à un niveau comparable à celui de 1990, puis ont diminué régulièrement depuis 2004. En 2015, la Belgique a émis 115,5 Mt CO2 éq. (émissions nettes). Cela représente une diminution de 19,5 % depuis 1990. Les émissions de 2015 sont en légère augmentation par rapport à celles de 2014, qui constituent le minimum de la série.

Entre 1990 et 2015, la diminution des émissions nettes de GES en Belgique (-19,5 %) a été plus faible que celle observée dans l’UE 28 (-26,0 %). Lorsque les États membres sont répartis en trois groupes, la Belgique fait partie du groupe qui a des performances moyennes et fait moins bien que la moyenne européenne en 2015.

Objectif: la Vision stratégique fédérale à long terme de développement durable inclut l’objectif suivant: "Les émissions de GES belges seront réduites domestiquement d'au moins 80 % à 95 % en 2050 par rapport à leur niveau de 1990" (objectif 31). Pour aller dans la direction de l’objectif, cet indicateur doit diminuer.